Un peu d’histoire…

Le 4 décembre 1877, le premier enregistrement sonore voit le jour et un collaborateur d’Edison enregistre la phrase « Comment trouves-tu cela ? », aujourd’hui entrée dans l’histoire.

À l’origine, le disque plat n’existe donc pas et la restitution du son est loin d’être optimale ! La durée d’enregistrement ne dépasse pas deux minutes, sans compter que les cylindres se cassent facilement, qu’ils sont encombrants et qu’avec le poids du stylet (l’ancêtre du saphir en quelque sorte) ils s’abîment au bout de quelques écoutes… De plus, les cylindres sont de diamètre, de longueur et de vitesse de rotation différentes. Une diversité des supports qui rebute les consommateurs…

Du rouleau au 78 tours

Il faudra attendre le début du XXe siècle pour que le disque plat, tel que nous le connaissons aujourd’hui, s’impose face au cylindre. 

En 1851, Emile Berliner cherche à améliorer le rendu du son et en vient à la conclusion que le cylindre doit être remplacé par un disque plat qui, nécessitant un stylet moins lourd, permettra de diminuer les craquements et autres bruits parasites, et surtout de moins abîmer le disque. Les premiers disques ainsi fabriqués sont en verre, ils deviendront vite en zinc et en ébonite enduits de cire. 

C’est donc un pas de géant pour la reproduction sonore ! Si les disques à leurs débuts ont des vitesses de rotation très aléatoires (de 80 à 140 tours/minute), le format à 78 tours/minute va rapidement s’imposer. Il sera pendant la première moitié du XXe siècle le principal vecteur de diffusion de musique enregistrée avant de se faire piquer la vedette par le disque microsillon, encore appelé couramment disque vinyle.

INFOS LIVRAISON

 

Frais de livraison

OFFERTS dès

200 euros d'achat

Retrait en Boutique

possible sur le 75 et 91.

Voir les boutiques ICI

Livraison par La Poste

et Colissimo

Les frais de port sont calculés automatiquement dans votre panier.